in

Cameroun: du hip hop conscient pour une jeunesse engagée.

À l’occasion de la 41 ème fête de la musique, il convient pour le Cameroun de s’interroger sur le genre musical qui pourrait contribuer au changement et au developpement.

LE RAP ENGAGÉ, UN INFLUENCEUR.

A une époque, les jeunes aimaient écouter le rap Kmer. Surtout le rap kmer conscient. Entre  le rythme, les rimes, le vocabulaire courant parfois violent néanmoins sage et philosophique, plusieurs s’en délectaient. C’etait d’ailleurs leur genre musical preferé.

Ils se  découvraient à travers le RAP des centres d’intérêts communs.

A cette époque, certaines personnes choquées par l’amour de ces jeunes pour le rap déduisaient qu’ils faisaient alors face à une crise puberte.

Plus tard, face à la cherté de la vie, aux oppressions sociales, au manque récurrent d’eau et de lumière , à la méchanceté, la boulimie et
l’égocentrisme de certains adoubés, l’obsolescence de L’homme; se trouvant presque tous plongés dans la meme morrosité sociale;  ces mêmes personnes comprirent finalement que les rappeurs chauvins étaient des lanceurs d’alerte. Ils étaient indubitablement des médiums criant subtilement à l’aide .

HIP HOP CONSCIENT

Le fait est que ce genre de rap, hiphopconscient manque sévèrement à notre société actuelle. Le rap est toujours autant affectionné , surtout par les jeunes.

Dès lors, en ce moment de crise socio économique, culturelle et politique, le cameroun a sévèrement besoin de rappeurs dont les textes, calquent les réalités, conscientisent la jeunesse, produisent des effets subversifs, éveillent au lieu de vulgariser le sexe, la drogue, l’alcool, le tribalisme et mettre des idées perverses et toxiques dans les têtes des plus vélléitaires.

Des rappeurs engagés comme

KROTAL: vert rouge jaune

VALSERO : lettre au président

SULTAN OSHIMIN: quelle école

BOUDOR LENOIROKAIRE : Boudor

Xzafrane:l’impertinent.

ont montré la voix, il suffit juste de la suivre.

Written by Elsa Bang

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fête de la musique : Les premiers décibels d’il y a 41 ans

« J’ai menti. J’avais peur de perdre Joana » Dani Alves sort du silence, pour la 1ere fois depuis son incarcération