in

FEMUA 15: OUVERTURE DES GRANDES SCÈNES AVEC DIDI B, SAFAREL OBIANG ET SINGUILA

Les grandes scènes du Femua 15 ont démarré ce vendredi à l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs) en Côte d’Ivoire.

La première grande scène de la 15e édition du festival des musiques urbaines d’anoumabo ( Femua 15) s’est tenue ce vendredi 28 avril 2023 à l’Institut national de jeunesse et des sports ( Injs) Marcory.

A l’affiche, Alesh de la RDC, Nourat et les lions du Mali, Baaba Maal du Sénégal, Singuila (France) Safarel Obiang et Didi B de la Côte d’Ivoire.

Une prestation jugée moyenne dans l’ensemble, selon certains médias d’Abidjan qui estiment que la scène du Femua a ses propres réalités en rapport avec ses prestations live d’un haut niveau par rapport à celle du palais de la culture. Certains artistes ont été confrontés à cette réalité.

Singuila, le chanteur Afro-love a rencontré quelques difficultés lors de sa présentation. Un problème de synchronisation avec son chœur qui était très perceptible. Une entrée sur scène sur le titre  »sang chaud », moins intense que d’ordinaire. Toute fois, il est resté fidèle à ses histoires d’amour et des titres qui ont inspiré l’émotion au sein du public. Rappelons qu’il était à sa deuxième programmation au Femua.

L’artiste coupé décalé, Safarel Obiang , a offert un spectacle au public. Des chorégraphies bien exécutées par ses chorégraphes qui ont éveillé le public à un moment donné.

Didi B a clôturé la scène mais le rappeur n’était pas au top de sa performance. Il a dû faire une prestation semi-live. Selon certaines indiscrétions, l’artiste était souffrant mais tenait quand même à honorer son engagement.

La deuxième grande scène du FEMUA 15 se tiendra dans la soirée de ce samedi avec entre autres, Roselyne Layo, Ks Bloom, Samy Succès, Ferré Gola, Santrinos et Booba.

Written by Tato Kamdem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Caricature : Liberté, je croque ton nom !

Junior Haussin: « Ça existe, des hommes et femmes de médias qui écrivent des livres au Cameroun »