in

« J’avais sommeil, c’était bizarre », Francis Ngannou fait des révélations sur son combat conte Joshua

Francis Ngannou est revenu mercredi sur sa défaite en boxe contre Anthony Joshua la semaine passée en Arabie saoudite. Le Camerounais assure qu’il ne se sentait pas bien avant d’être rapidement éteint par son rival…

Heureux de sa préparation pour le combat, qu’il juge meilleure que celle de son précédent affrontement face à Tyson Fury, Francis Ngannou s’est pourtant lourdement incliné face à Anthony Joshua lors d’un duel en boxe anglaise disputé vendredi dernier en Arabie saoudite. Ambitieux avant l’événement, le Camerounais n’a rien pu faire face à la maîtrise de son rival britannique. Envoyé au tapis dès la première reprise, l’ancien roi des lourds de l’UFC a subi un KO spectaculaire dès le deuxième round. Lors d’un live mercredi sur Instagram avec ses fans, ‘The Predator’ est revenu sur cet échec.

« Tout ne s’est pas passé comme prévu, la victoire n’a pas été au rendez-vous. Et le combat lui-même ne s’est pas passé comme prévu. C’était déjà une journée un peu bizarre, très bizarre », a expliqué Francis Ngannou. « Toute la journée, je me suis senti… je n’ai jamais été dans le combat, je ne me suis jamais présenté à ce combat. La journée, je n’étais pas là. Je suis arrivé à l’arène aux alentours de 22h ou 23h et j’ai dû combattre à 3h30. A aucun moment j’étais moi-même. Je m’échauffais, je transpirais mais j’avais sommeil. Ce qui était un peu bizarre. On a accusé le fait que c’était tard même si je m’entraînais aux heures du combat. Après il ne faut pas chercher d’excuses. En tant que combattant, il n’y a que deux issues. On gagne ou on perd. »

« Je me sentais endormi »

Après avoir été terrassé par Anthony Joshua, Francis Ngannou s’est rapidement senti mieux. S’il n’a pas eu besoin de se rendre à l’hôpital, le Camerounais a tout de même effectué une visite de contrôle avec un médecin mercredi et en fera de même ce jeudi avec un neurologiste. A priori, ce sera seulement pour des contrôles de routine. Rien qui puisse expliquer pourquoi il a semblé manquer autant de jus lors de son affrontement face à ‘AJ’.

« Ce n’était pas mon jour, ce n’était simplement pas mon jour », a jugé ‘The Destroyer’ lors de cet échange avec les internautes. « Je ne dis pas que le résultat aurait été différent, mais ce n’était pas mon jour. A aucun moment de la journée, je me suis dit: ‘Ok, on est prêt à y aller’. Je me souviens que, même dans le vestiaire en train de m’échauffer, cela n’allait pas. Je me sentais endormi (…) Je transpirais mais je me sentais endormi. Mais je me dis que c’est ce qui est arrivé à certaines personnes que j’ai combattues ou que j’ai battues par le passé. C’était la première fois que j’ai ressenti ça. »

Ngannou veut continuer en boxe et en MMA

Invité par Anthony Joshua à continuer sa carrière en boxe, Francis Ngannou a confirmé qu’il n’abandonnerait pas malgré cette deuxième défaite consécutive (après celle sur décision contre Fury). « Je n’en ai pas fini avec la boxe. Je n’en ai pas fini avec le MMA. Je pense que maintenant j’ai un premier combat au PFL, contre Renan Ferreira. Ce sera mon futur premier combat au PFL. Mais encore une fois, pour faire simple, j’aurais beaucoup de combats à l’avenir donc je peux toujours combiner les deux », a assuré le Camerounais de 37 ans. « Je retournerais dans l’action mais ce n’est pas parce que je suis plus à l’aise en MMA que je vais lâcher la boxe. Je vais continuer de faire les deux. Cela fait partie d’une carrière de relever des défis et parfois ça se passe bien, parfois non. Mais on y travaille. »

S’il connaît le nom de son prochain rival au PFL, l’ancien roi des poids lourds de l’UFC ne sait pas encore quand il combattra à nouveau dans la cage. Pas plus qu’il ne sait quand il renfilera les gants de boxe pour un nouveau contrat lucratif, après avoir empoché plus de 18 millions d’euros pour se frotter à Joshua.

 

Written by Tato Kamdem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Justice Camerounaise : le journaliste Bruno Bidjang plaide coupable

La dernière page de la troisième édition du Salon du livre africain de Paris s’est fermée hier Dimanche 17 Mars 2024.