in ,

Salon du livre africain : La deuxième édition ouverte à Paris

Plus de 200 auteurs ainsi qu’une soixantaine d’éditeurs et libraires prennent part depuis vendredi, 17 mars à ce rendez-vous où est fait un état des lieux de la littérature africaine.

La salle des actes de la mairie du 6ème arrondissement de Paris, épicentre de trois jours de réflexion sur la littérature en Afrique et l’avenir que lui réservent les prochaines années, accueille les plumes les plus respectables du continent africain depuis le 17 mars dernier. Yasmina Kadhra, Souleymane Bachir Diagne, Djaili Amadou Amal, Nimrod, Fawzia Zouari, Eugène Ebodé et tant d’autres ont fait le déplacement de la capitale française pour prendre part à ce salon du livre africain, le deuxième en 2023, présenté par ses organisateurs comme une opportunité de réunir les auteurs africains de la diaspora et ceux qui viennent d’Afrique.

Un retour en fanfare donc à travers un nombre important de pays africains ayant répondu présents. Belles perspectives après les fausses notes constatées lors de l’édition précédente qui s’était tenue dans un contexte de covid-19. « Cette année, nous avons des éditeurs qui viennent d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, du Sénégal, du Mali, de la Guinée, bien entendu puisque c’est le pays invité d’honneur. Des éditeurs ivoiriens, gabonais, congolais et de la République démocratique du Congo. Donc, on est vraiment sur une pluralité culturelle et je dois dire essentiellement francophone », explique Erik Monjour, le directeur du salon.

Grande attraction de cette édition 2023, l’ouverture aux jeunes de la diaspora, « des pépites » aux dires d’Erik Monjour, résolument engagés dans l’autoédition. Honneur a été également fait à la littérature guinéenne, représentée par ses praticiens les plus illustres. Il s’agit notamment de Tierno Monénembo, prix Renaudot 2008 ; Williams Sassine, précurseur du roman francophone africain ou encore l’auteure de romans jeunesse Mariama Barry. Un vent de commémoration a soufflé aussi sur ces instants de brainstorming qui s’achèvent ce 19 mars. Le cinéaste et romancier Sembène Ousmane, décédé en 2004, a été célébré pour son immense contribution au développement des arts littéraires en Afrique tandis que les dix années qui ont suivi la disparition de Nelson Mandela, homme politique et homme de littérature, ont été aussi commémorées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fouad Laroui : Conteur sans compteur

Hergé : Le maitre de la BD célébré dans trois ouvrages